À la Une

Timbres-poste ayant un rapport avec Laeken

Suivent quelques timbres en rapport avec la Commune en question :

1958 = Atomium

1958 = Belgique 1900

1958 = Pavillon du Congo Belge et du Ruanda Urundi

1958 = Pavillon du Génie Civil

1958 = Pavillon « Telexpo »

1958 = Porte de Benelux




Expo 1958





Expo 1958



Expo 1958







Expo 1958





1958 = Hélicoptère Postal



22-6-1974 = Le Planétarium

Eglise N-D de Laeken = Carte-Postale Illustrée avec timbre et cachet 1er jour (7-7-1997)

Eglise N-D de Laeken = Feuillet avec timbre et cachet 1er jour (7-7-1997)

Mémorial Ivo Van Damme (5 mai 1980)





Mémorial Ivo Van Damme
Feuillet Spécial = N°1 / 400
Cachet du 3 mai 1980



1830-1980 = 150e anniversaire de l’Indépendance de la Belgique




150me Anniversaire de l’Indépendance de la Belgique
Feuillet 6 timbres divers, dont : Bruxelles, Mol, Mouscron, Nivelles et Oostakker
Cachet du 26-1-1980
12-06-2001
Feuillet de 15 Timbres personnalisés
Tirage limité


12-06-2001
Feuillet de 15 Timbres personnalisés
Tirage limité


XVme Congrès International de Radiologie ( Allégorie du…)
(6 avril 1981)

100e anniversaire du Cardinal Cardijn
1982

Serres royales de Laeken
1989


« Le semeur »
par Constantin Meunier
1991


Bruxelles Royal Yacht Club 1906-2006
Timbre Prior
2006
Deuxième Exposition Textile Internationale, à Bruxelles
11 mai 1955
Championnats d’Europe = Bruxelles, 23-237 août 1950
Rue De Wand Laken/Laeken


Mémorial Van Damme 1976-2006 = Emission du 24 avril 2006
Emission du 24 avril 2006 = Feuillet 1er jour

Emission idem que précédent, mais sur enveloppe

Championnats d’Europe d’Athlétisme au Heysel = 1er juillet 1950
Europa 2012, au Heysel

Prudent Bols (biographie)

BOLS  Jean Prudent(Biographie)

BOLS Jean Prudent ) °24-6-1828 à Werchter (Brab.)(*)   =   DCD le 22-7-1911 à Bruxelles, à son domicile, 96, rue de Laeken (*), Sa profession (sur son acte de décès) : Opziener van het vrij onderwijs

Parcours professionnel :  1) Onderwyzer 1858 ;  2)  Hulponderwijzer en 1859 (selon acte de naissance de Josepha Celina);  3) Ondermeester en 1860 (selon acte de naissance de François Auguste); 

4) Négociant en Huile et Grains de 1863 à ca 1890 (Handelaer in 1863 en 1871, selon les actes de naissance de ses enfants (nés après les deux premiers)(***) ;  5)  Secrétaire Communal à Keerbergen (Mentionné dans registre de la Population à Laeken de 1881 à 1890 = Vol P-f°229) ; 6) Inspecteur de l’Enregistrement en 1895 ;  Inspecteur de l’Enseignement Libre en 1891-1910 ;  Inspecteur Honoraire de l’Enseignement 1910 (Etabli sur  base d’actes de l’Etat-Civil et de registres de la Population divers)

–  Inspecteur de l’Enseignement Libre Catholique (1895 et 1905) – Conseiller Communal en 1896 – 1897 ; Devenu Echevin des Finances 1897 à 1906 (²) (Etabli sur base de renseignements provenant de l’Annuaire Administratif et Judiciaire du Royaume de Belgique)

(***) Négociant en Huile et Grains, à Keerbergen (Voir scans Almanach de 1866, ci-dessous) ;

Almanach du Commerce de 1889
Page montrant le 428 rue des Palais à Laeken, et indiquant la profession de J. Bols, à l’époque (Négociant en farine)

Domiciles : 1) 428, rue des Palais, depuis le 28-3-1882 au 17-3-1891 (Négociant en farines) ;   2) 423, rue des Palais, du 17-3-1891 au 13-6-1911;   2bis) Résidence secondaire : 79 (devenu 91), rue des Ailes à Schaerbeek, du 5-9-1907 au 13-6-1911 ;  3)  96, rue de Laeken, du 13-6-1911 jusqu’à son décès survenu 1 mois et 9 jours plus tard, 

Nota :  Etant veuf depuis  le décès de son épouse (le 22-6-1902), et, vivant seul et âgé de 83 ans, il faut supposer qu’il avait peut-être des problèmes de santé, et que sa fille, Marie Elise, qui  habite à cette dernière adresse depuis le 4-4-1905 (soit, deux mois après son mariage avec Leemans Jean-Baptiste), aura proposé à son père de venir habiter chez elle, afin qu’elle puisse s’occuper de lui ?

                         ,

Parents de Prudent :

Père :  BOLS  Joseph Arnould, né à Werchter le 6-8-1795 (**) ; Instituteur en 1828 ;

Mère :  REYERS  Coleta, née le 10-4-1801 (**) à Keerbergen ; sans profession en 1828 ;

Mariés le 15-11-1819 à Werchter (*);

Gd-Père :  BOLS  Arnould, né à Werchter ??  = Sacristain = DCD à Werchter le 19-9-1806

Gd-Mère :  BRUYNINCKX  Elisabeth, née ??? = Sacristine

(**)  Dates indiquées dans acte de mariage

Epouse :  MULS  Joanna Maria Antonia °26-3-1832 à Wespelaar (*), sans profession ; qu’il épouse le 4-11-1858 à Wespelaar (*) =  DCD le 22-6-1902 à Laeken, à son domicile, 423, rue des Palais (*) ;

Fille de MULS  Joannes Franciscus, né à Wespelaar  =  DCD le 22-11-1831

Et de JACOPS  Joanna Cecilia, née à Wespelaer vers 1796.

Enfants de BOLS Jean Prudent et MULS Joanna Maria Antonia

1)  BOLS  Josepha  Celina  °6-3-1859 à Werchter (*) =    DCD 16-2-1906 à Laeken (*);

Nota : je n’ai trouvé aucune indication quant à sa profession ou autre occupation.

2)  BOLS  François  Auguste  °28-11-1860 à Werchter (*); Veuf de TEILLIER  Augusta (décédée à St-Josse-ten-Noode le 7-6-1897) ;  Profession : Employé de commerce, en 1896

Se remarie, le 6-8-1907 à Schaerbeek  avec Marie Catherine VANDENBROECK (*), née à Laeken le 7-5-1866 (*).  Le ménage est inscrit à Schaerbeek, 79, rue des Ailes, depuis le 12-8-1907

Une  fille :  BOLS Laure Prudence Rosalie, née à St-Josse-ten-Noode le 7-11-1896

3 )  BOLS  Maria Elisa  °5-3-1863 à Keerbergen (*) ; 

Epouse le 11-2-1905 à Laeken (*),

 LEEMANS Jean-Baptiste, né à Bruxelles le 7-9-1844 (*), Maître Vitrier en 1905 =  Décédé à Bruxelles le 10-6-1913 =  Veuf de LIMPENS Julia Malvina (née àWetteren le 12-6-1848* et y Décédée le 18-4-1903*).

Un fils :  LEEMANS Alphonse Philomène Paul, né à Bruxelles le 28-10-1879, Vitrier encadreur en 1900,

Le 26-8-1916, Marie Elise se remarie avac  VERLINDEN  Jacques, né à Bruxelles le 15-6-1866, Ebéniste, Veuf de Dyckmans Jeanne.

Domicile du ménage :  96-98, rue de Laeken en 1905 (depuis le 8-2-1905)

Parents de Jean Baptiste Leemans :

Père : LEEMANS  Pierre, °Bruxelles le 28-6-1795 (**) =  Décédé à Bruxelles le 3-8-1875 (*);

Mère : DE  COSTER Elisabeth, née à Bruxelles le 24-12-1797 (*) =  Décédée à Bruxelles le 18-11-1850 (*)

Mariés à Bruxelles le 16-8-1826 (*)

 (**)  Date indiquée dans son acte de mariage

Source : Pop. 1900 Bruxelles Vol O –F°2042 ; Pop 1910 Bruxelles Vol P –F°70

4)  BOLS  Maria  Alida  Fania  °28-1-1865 à Keerbergen (*)

Pas d’autres infos, sur celle-ci, car partie à Gosselies, rue Circulaire n°2, le 5 juillet 1894

5)  BOLS  Alfred  Jean  °18-2-1867 à Keerbergen (*) ;  Employé en 1900 ;  Voyageur de Commerce   =    Décédé à Bruxelles le 20-4-1932 

Epouse, le 9-4-1890 à Laeken (*), JASPART  Anne Marie, née le 27-9-1868 à Laeken (*)

Domiciles du ménage :  1)  Av. de la Reine, 240 (depuis le 24-5-1890)  ;  2) rue Marie-Christine, 47 (depuis le ????) ;  3) rue Stéphanie, 41 (depuis le 10-11-1892);   4) Av. de la Reine, 315 (depuis le 20-4-1893);  5)rue Marie-Christine, 26 (depuis le 5-6-1894) ;  6)  rue Stéphanie, 108 (jusqu’au 1-10-1902)   7) rue du Fossé-aux-Loups, 28, à Bruxelles (depuis le  1-10-1902) ;  ;   En 1911, après le décès de son père, Alfred mentionne le 91 rue des Ailes à Schaerbeek, en tant que seconde résidence (c’était également la propriété de Prudent Bols).  

Après le décès d’Alfred, son épouse est partie pour le n°13 rue Thiefry à Schaerbeek .

Bien que décédé en 1932, Alfred est mentionné dans les annuaires M&R, jusqu’en 1939, à la rue des Ailes ?!

Enfants (3, tous nés à Laeken) :  1)  Madeleine Prudence Jeanne °12-10-1890 (*) ; 2) Marie Emile Albert  °12-8-1898 (*) et DCD à Laeken le 15-5-1899 (*) ; 3) Paul Marie Georges  °20-5-1900 (*)

Parents d’Anne Marie :  JASPAERT (³)  Louis Joseph &  VERHAEGEN  Jeanne Catherine,  Cabaretiers ;

Domiciles :  1) Rue des Palais, 556 (depuis le 2-2-1867) ;  2) Avenue du Parc Royal, 9 [devenu n°5](depuis le 13-1-1868) ;  3) Rue des Palais, 329 (depuis le 28-12-1889) ;  4)  Cappelle-au-Bois, 17, rue de Malines (depuis le 30-12-1890). 

Après leur fille, Anne Marie (mariée à Bols Alfred), le couple a encore eu 2 garçons et 1 fille, tous nés à Laeken, respectivement en 1872 , 1877 et 1879.

6)  BOLS  Maria Constancia  °21-3-1869 à Keerbergen (*)

Pas d’autres infos, sur celle-ci, car partie à Louvain, Place St-Antoine, n°9  le 24-11-1891                

7)  BOLS  Maria (4)  Paulus-Eduardus  °26-10-1871 à Keerbergen (*)  Attention ! :  malgré que son  premier prénom soit féminin, il s’agit en fait d’un enfant du sexe masculin, encore maintenu lors de son mariage (v. scan) !     Employé Chemins de Fer Vicinaux, en 1899 =   Décédé à Laeken le 1-12-1932 ;

Epouse : le 16-12-1899 à Laeken(*) :

CLAREMBAUX Alice Hélène Antoinette, née à Schaerbeek le 5-3-1878 (*) =  Décédée  à Laeken le 12-3-1945 

Adresse : 118, rue Stéphanie depuis le 8-5-1901, venant du 47a rue Comtesse de Flandre, depuis leur mariage

Reports :

(*) indique que nous possédons l’acte en rapport avec l’évènement ;

(²)  Le 16-8-1907, BOLS Jean Prudent participe pour la dernière fois au Conseil Communal et sa dernière présence au Collège Echevinal, se situe le 26 août suivant (il faut rappeler que celui-ci  avait quand-même déjà 79 ans !).

Sources : PV des Conseils Communaux et du Collège Echevinal de Laeken (années 1906 et1907) ; Registres de la Population, de Laeken et Bruxelles, de 1881 à 1920 aux A.V.B.

(³) A une date imprécise,  Jaspart Louis Joseph  a entamé une procédure afin de faire supprimer le « E » de son nom patronymique (Source : Registre de la Population  pour 1881-1890 à Laeken Vol Q-F°43)

(4)  Prudent Bols devait vraiment être obsédé par le prénom Marie, pour avoir attribué celui-ci à trois de ses quatre filles, ainsi qu’à son dernier fils, qui, précisons-le,  avait  toujours  ce prénom en premier lors de son mariage en 1899 (voir acte)!

(Acte de mariage BOLS Marie et CLAREMBAUX Alice)

Rue et avenue Prudent Bols :

Me basant : 1) sur  l’« Annuaire de la Magistrature et du Barreau, du Notariat, des Officiers Ministériels et de l’Enregistrement du Royaume » de 1904 et : 2) sur l’ « Annuaire Administratif de Belgique et de la Capitale du Royaume » de 1905,  la rue Prudent Bols (partie qui va de la rue Steyls à la rue Léopold) doit avoir été créée en 1904.

Un détail qui pourrait confirmer mes dires est que, celle-ci ne figure pas sur le plan de Laeken en 1903, établi par M. P. Gillet,  Ingénieur-Directeur des Travaux Communaux , Ancien officier du Génie, mais bien sur celui de 1905 !

On trouve trace d’une demande d’autorisation, le 20 février 1905, par François Thysen,  pour la construction d’une  maison, au n°22 de la rue.

Je n’ai pas trouvé de date ni la période exacte, pendant laquelle la partie qui va de la rue Léopold à l’avenue Richard Neybergh aurait été créée en prolongation du tronçon déjà existant mais,  selon les plans de Laeken de 1905  et 1907, ce doit être vers 1906-1907 ?

Par son arrêté du  9 octobre 1913, le Collège Echevinal de Laeken décide que la « rue » Prudent Bols portera, à l’avenir, la dénomination de « Avenue Prudent Bols ».

 Sources : PV du Conseil Communal et du Collège Echevinal de Laeken (années 1906, 1907 et 1913) 

  Laeken en 1905 par P. Gillet (détail)  Laeken en 1907 (détail)

                                                                             (Recherches effectuées, par P. Schacht, (Août 2019 à février 2020)

Marco MARCOVICI et ses nombreux logos et/ou signatures

P.S.
P.S.
Les tableaux (non-exhaustifs) ci-dessus, montrent les 79 logos et signatures différents, sur un total de 182 cartes-postales éditées par Marcovici, dont 42 que j’ai récupérées d’un lot de plus de 2.000 C-P d’Ostende (dont 1.900 de la coll. Daniel Vankriekinge), 77 sur +/- 3.500 de Laeken et près de 10.000 de Bruxelles et les autres communes de l’Agglomération bruxelloise comprises, 9 sur 250 de Namur, 6 sur 41 de Jemelle, ainsi qu’une collection de 48 C-P, éditées par Marcovici, aux Archives de la Ville de Bruxelles (A.V.B. ).
L’ensemble nous donne septante-quatre combinaisons possibles (*), ce qui représente une moyenne de deux combinaisons par année d’édition.
Je n’ai trouvé aucune explication à ces « fantaisies », si ce n’est qu’il devait avoir un goût très prononcé pour les changements.
En le qualifiant comme suit « Il est bien intrigant, ce monsieur Marcovici »!, Monsieur David Stuyck de Middelkerke doit avoir raison.
A noter également que je n’ai trouvé aucune trace de dépôt de marque pour aucun de ses logos ou signatures, pour la période de 1901 jusqu’à son décès (le 2-2-1938). Rien, naturellement, ne l’y obligeait
!

(*) J’ai du rectifier mes chiffres, étant donné que je n’ai plus tenu compte des cartes-postales trouvées sur Internet, celles-ci étant protégées par la loi sur le copyright, et ne figurant donc pas dans ce dossier! P.S.

A l’intention des cartophilistes Marco MARCOVICI (2)

Addenda:

MARCOVICI  Marco  (Addenda)

Infos complémentaire sur Marco Marcovici :

Je n’ai pas su déterminer si Marcovici a vécu quelque temps à Vienne, ou s’il n’a fait qu’y passer, en transit, lors de son voyage vers la Belgique, ce détail ne figurant pas sur le « Certificat d’Habitation à Produire pour Mariage », délivré par la commune de St-Josse-ten-Noode (où il habitait au n°10 rue des Plantes [à cinq minutes de la gare du Nord]).

Ce que l’on peut supposer c’est qu’il aura quitté Jassy pour se rendre à Vienne (Moyen de locomotion inconnu car, il y a quand-même plus de 1.000 km entre les deux!…Bateaux à vapeur ou Malles-poste ?), où il savait qu’il y trouverait une correspondance, par voie chemin de fer, vers Bruxelles (Gare du Nord), quotidienne à cette époque (voir scans du « Guide horaire des Chemins de Fer Belges & Etrangers » du 3 janvier au 30 avril 1898)

Le trajet étant assez long (1.107 km.), le voyage durait +/- 46 heures, c’étaient des trains-couchettes qui assuraient la liaison (départ de Vienne à 10h29’ du matin, arrivée à Bruxelles-Nord le surlendemain à 8h12’).

Etant donné qu’il était représentant de commerce, il pouvait probablement aisément se permettre un tel voyage !

——————

Créations supplémentaires :

  1. Edite un Guide sur la Belgique assez détaillé et accompagné d’une « Carte du Pays illustrée » (ca 1920)(scan) ;
  2. Il est également l’auteur de « La Belgique Illustrée », ouvrage oblong, assez souple, , 65 pages dont 62 d’illustrations montrant des lieux divers à visiter en Belgique (voir liste détaillée, ci-après)  non daté mais doit être également de ca 1920;

A la troisième page de cet ouvrage, il indique qu’il est le promoteur du Bureau Belge du Tourisme à Nice (Peut-être y a-t-il un rapport avec le père [Marseillais] de sa seconde épouse qui, bien qu’inscrit à St-Gilles, avait toujours son  domicile légal à Marseille, situé à seulement 200 km. de Nice ?).                                        

(coll. privée)
La Belgique Illustrée (Marco Marcovici) (0)a.JPG

(Collection A.V.B.)

Note concernant le guide touristique et l’ouvrage mentionnés ci-dessus :

Je n’ai rien su trouver concernant ces deux ouvrages et de savoir s’il était l’auteur des photographies qui les illustrent ou s’il avait du personnel pour s’en occuper. Les descriptions des localités figurant dans le premier des deux, les a-t-il faites lui-même, en parcourant la Belgique avec un appareil photo  ou a-t-il récupéré ses informations dans les nombreux guides existants sur la Belgique?

Où avait-il son atelier, avant celui au n°24 rue du Pélican (vers 1930) et, combien de personnes employait-il ?

Toutes des questions sans réponse, pour l’instant !

(coll. A.V.B.)

Le prochain article concernera les différentes signatures relevées sur ses cartes-postales.

P.S.

A l’intention des cartophilistes Marco MARCOVICI (1)

https://scapi330377463.wordpress.com/

MARCOVICI  Marco* (1873-1938)

Ci-après, le début de sa biographie, établie sur base de documents officiels

Le but de cet article est de signaler quelques erreurs, que j’ai relevées dans la biographie de  MARCOVICI  Marco (Illustrateur et éditeur de cartes-postales), et détaillées sur un site cartophile bien connu. J’ai également trouvé un deuxième site de photographie, qui situe, depuis le 26-6-2017 (date de la première révision), cette avenue Stéphanie à Laeken. Hors, jusqu’en novembre 1918, il y avait une avenue Stéphanie à Forest (rebaptisée l’avenue du Mont Kemmel, et qui existe encore aujourd’hui, le long du parc de Forest). Pour info: l’almanach du Commerce de 1914  (le dernier paru, avant la guerre en 1914), le mentionne bien à cette adresse-là au n°27, en tant que  Propriétaire et Manufacture de cartes-vues. Il est de plus mentionné que des révisions ont suivi  le 18-6-2018 et la dernière le 26-2-2019!  Je ne comprends pas que ce détail ait échappé à la personne qui a effectué les recherches, surtout qu’elles figurent toutes les deux sur la même page dans l’almanach en question!

24-4-2019  
Sa biographie (1ère partie):      

 MARCOVICI  Marco* WERSU  &  DUMONT  Nelly Eliza Marie 

MARCOVICI  Marco Wersu  est né à JASSY (Moldavie, Roumanie [1]), rue Strada Primaci n°2150, le 31-5-1873 à 7 heures du soir (inscrit dans le registre sous le n°290)²  et décédé à Bruxelles le 2-2-1938 ² ; * Sur son acte de naissance, son premier prénom est, par erreur, écrit « Marca » au lieu de « Marco »; 

(coll. Archives de l’Etat à Mons)

Fils de Aron MARCOVICI, Propriétaire à Jassy, et de  Sura MARCOVICI sans profession (²)   (vu « Bulletin de naissance de Marco, daté du 2-6-1873» dans son « Dossier de mariage »²  et  Population 1930 Bxls Vol 49-f°107) ;

A une date non précisée, celui-ci quitte le domicile paternel, pour se rendre à Vienne (Autriche), qu’il quitte ensuite pour se rendre en Belgique où il emménage à Saint-Josse-ten-Noode, 10, rue des Plantes le 15-6-1901, et où il exerce la profession (déclarée) de représentant de commerce [1](Vu « Certificat d’Habitation à produire pour Mariage » daté du 15-3-1902, de la commune susdite) ;

Le 10-5-1902, il épouse à Gilly (Hainaut) (acte n°91)²  Nelly Eliza Marie DUMONT, sans profession, née à Gilly le 14-2-1881 (acte n°85)², Inspectrice Principale aux Œuvres de l’Enfance (Population 1910 à Bruxelles Vol M- f°1496) ;

Fille de Léon Joseph DUMONT, 23 ans et Directeur de l’Enseignement à Gilly, né à Gilly vers 1858, et de Euphrasie Elisabeth Antoinette GILLET, Institutrice en chef à Gilly(vu : Dossier de Mariage de Nelly) ;

Un fils :  André Léon Alphonse MARCOVICI, né à Saint-Gilles-lez-Bruxelles le 29-4-1903 (acte n°333)², naît de leur union   (on trouvera toutes les infos à son sujet, après la biographie de Marco Marcovici); Employé de bateau                                  (Voir biographie d’André, à la suite de celle de  Marco Marcovici);

Le 9-6-1917, le couple Marcovici-Dumont divorcera à Saint-Gilles-lez-Bruxelles (Pop 1910 à Bxls Vol T- f°1392 et Pop 1930 à Bxls Vol 51- f°69) ; 

Domiciles divers du ménage³ : 

1) 10, rue des Plantes à St-Josse-ten-Noode, depuis le 15-6-1901 (venant de Vienne = Autriche) = Profession déclarée lors de son inscription dans la commune susdite : Représentant de commerce (Vu dossier de Mariage = « Certificat d’habitation à produire pour mariage ») ;  

2) en 1902 (date imprécise), n° 212, rue de Mérode à St-Gilles (1903, Première mention dans les annuaires commerciaux de Bruxelles sous MARCOVICI Marco), en tant qu’éditeur et papetier en gros (jusqu’au 31-1-1905) (Pop 1900 Bxls Vol T- f°1228); 

3) le 4-2-1905, n° 1, rue des Œillets (place des Martyrs), à Bruxelles (1905) en tant qu‘éditeur de cartes postales, albums en gros, jusqu’au 20-12-1907   (Pop 1900 Bxls Vol T- f°1228); 

4) le 20-12-1907 à ca1910,  n° 38, avenue Stéphanie à Forest (devenue l’avenue du Mont Kemmel, en 1918) , en tant qu’éditeur de cartes postales illustrées (Pop 1900 Bxls Vol T- f°1228); 

5) vers 1910, n° 27 de la même avenue, jusqu’au 4-9-1916   (Pop 1910 Bxls Vol F- f°1127);

6) le 4-9-1916, n°2, rue de la Bourse à Bxls (forme le coin avec le n°72 du Bd Anspach), jusqu’au 14-2-1918  (Pop 1910 Bxls Vol F- f°1127) ;

7) le  14-2-1918 (après son divorce), n°108, Bd du Nord (devenu Bd Ad. Max  en novembre 1918) (Cartes postales illustrées (Classé alphabétiquement à « Marco » [son prénom] Marcovici) (vu M&R 1920)³(Inscription antérieure : Pop 1910 Bxls Vol F- f°1127et  Vol T- f°1392)

Reports :

[1] Renseignements provenant de son « Dossier de Mariage », consulté aux Archives de l’Etat à Mons. 

Je conclus également qu’il aura gardé sa nationalité d’origine (roumaine), car Je n’ai trouvé aucune trace  d’une demande de changement de nationalité ;

(²) Signifie que je possède une copie de l’acte (ou du document) en question ;

(³)  Pour toutes les adresses mentionnées, je précise qu’il y était toujours déclaré en qualité de « Résidant », son domicile légal étant toujours en Roumanie.

NB :  au sujet des  activités de M.M. pendant la 1ère guerre mondiale, et  me basant sur les registres de la Population à Bruxelles de cette époque,  qu’il n’y a, de plus,  aucune interruption entre ses diverses adresses, tout laisse supposer qu’il a continué ses diverses activités.

De toute façon, ayant gardé la nationalité roumaine, il est exclu de penser qu’il aurait pu être mobilisé en Belgique pendant ce conflit !

Au vu de la variété dans ses éditions, je  suppose qu’il aura collaboré avec divers photographes de guerre, ou maisons d’édition (ce qui était coutumier dans cette profession), afin de pouvoir signer et éditer les nombreuses cartes-postales représentant des  ruines conséquentes à la guerre ?!

Je rappelle également qu’il a toujours été mentionné comme « éditeur », dans les registres dont question !

Quant à son séjour à Vienne, avant son arrivée en Belgique, ni sur sa jeunesse, je n’ai également aucun détail !

                                                                                                                   P.S.       ————————

Biographie  (2ère époque) :           

MARCOVICI  Marco Wersu  &  HERMANN  Lucia Ernestine Mathilde 

 Le 22-5-1920, à Bruxelles (acte N°1146)², Marco MARCOVICI, éditeur (prof. mentionnée dans l’acte de mariage),se remarie avec  HERMANN  Lucia, sans profession,née à Ixelles le  5-1-1892(acte n°18)². Celle-ci est divorcée de Georges  DUESBERG (Pop 1920 Bxls Vol 19- f°3788);

À propos de  DUESBERG  Georges  Mathieu Henri Joseph Hubert, né à VERVIERS le 23-6-1889 (acte n°645)²,  Courtier en 1910, qu’elle avait épousé à St-Gilles le 23-9-1911 et dont elle divorcera à St-Gilles le 29-5-1915  (Inscription antérieure : Pop 1900 Bxls Vol M- f°280) ;

 Domiciles divers de celui-ci, après son divorce : 

1) St-Gilles, jusqu’au 3-5-1917 ;

2) à Bruxelles, 16, rue des Princes, depuis le 3-5-1917; 

3) 63, rue des Fripiers, depuis le 16-3-1919  (Pop 1920 Bxls Vol 32- f°6339);

4) 11, rue des Vanniers, depuis le 27-5-1919 (Pop 1920 Bxls Vol 32- f°6339) ;

5) 88, rue des Foulons, depuis le 11-6-1919 (Pop 1910 Bxls Vol X- f°3229) ;

HERMANN LUCIA était la fille de Frédéric Auguste Ernest  HERMANN (peintre entrepreneur en 1920) né 25-12-1866 à Marseille (France, où il a son domicile légal) et de Jeanne Marie Mathilde  STAFF  (couturière en 1920) née à Bruxelles le 25-10-1865 (acte n°4962)²  (Pop 1930 Bxls Vol 69- f°140 et Pop 1947 Bxls Vol 70- f°26) ;

STAFF Marie Mathilde est la fille Jacques Victor STAFF (Travailleur, né à Bruxelles le 17-3-1837)² et de Marie Joséphine GOSSELET  (Repasseuse, née à Bruxelles le 11-5-1838)², mariés à Bruxelles le 12-12-1863 (acte n°1641)²

 Domiciles antérieurs de Lucia avant qu’elle se mette en ménage avec Marcovici :

1) Ixelles, jusque au 28-7-1894 ; 

2) St-Gilles, jusque au 1-6-1896 ; 

3) ensuite n°65, rue de la Concorde à Bruxelles (Pop 1890 Bxls Vol Z- f°185 et 1930 Vol 206- f°95).

(Recouvrement de sa nationalité Belge, par jugement d’agréation à Bruxelles (2e), le 7-11-1950)

²  Indique que j’ai l’acte concerné ;

³ Indique l’année de parution de l’almanach du commerce. Les données se rapportent donc, en principe, au minimum à l’année qui précède. L’expérience m’a toutefois démontré que, contrairement aux indicateurs des téléphones, ceux-ci ne sont pas fiables à 100%, du fait que certains renseignements n’apparaissent que deux ou voire trois ans après les faits mentionnés. Cela peut fausser les recherches, surtout si la personne n’a vécu qu’une année à l’endroit renseigné, ou est décédée dans l’intervalle! 

Domiciles divers du couple  (sources diverses) :

M&R(*) : 1920  à  1929 (tél. :118.73), Bd Ad. Max, 108 (vu également : Pop 1930 Bxls Vol 49- f°107)

TF (**) :  1923 (2e édition) à 1930  Tél. : 118.73 (Bd A. Max) ;

M&R 1931 :  Marco Marcovici (classement à son prénom), édit. Cartes-vues, guides de voyage, livres d’anglais,  art. cadeaux et souvenirs, Bd Ad. Max, 108, tél. : 17.18.73 (Pub)

M&R 1932  à  1934 :  Marco Marcovici (classement idem), éditeur, Bd Ad. Max, 108, tél. : 17.18.73 (atelier), rue du Pélican, 24 (Pub 1932)

M&R 1935 :  Marco Marcovici (classement idem), éditeur, Bd Ad. Max, 108, tél. : 17.18.73

TF 1935 : tél. 17.18.73 (Bd A. Max) ;

TF 1937 : Editeur, tél. 26.10.75, rue de Flessingue, 21, Molenbeek-St-Jean ;

1937 (depuis le 12 février) :  124, bd Emile Jacqmain  (Pop 1930 Bxls Vol 49- f°107)   (1)

1938 : le 2 février (acte de décès du 4-2-1938)², Marco mettait fin à ses jours en absorbant le contenu d’une fiole renfermant un corrosif (vu journal « Le Soir » du 4-2-1938)² et, voir ci-contre copie de l’article en question:

Reports et Annexes :

(1) Tout indique que le couple rencontrait des difficultés et était séparé depuis quelques temps car, à la date de  son décès, son épouse résidait officiellement au 155 boulevard Anspach alors que l’Almanach M&R de 1936, la reprend déjà au 177 rue Marie-Christine, comme tenancière du magasin de tabac et cigares qui s’y trouve.

Quant à Marcovici, l’indicateur des TF de 1937 indique qu’il réside au 21 rue de Flessingue à Molenbeek-St-Jean (TF n°26.10.75) (Mentionné également dans Pop 1930 Bxls Vol 49-f°107).

 Le fait qu’il soit repris à l’indicateur officiel des téléphones de 1937 (pour cette adresse (alors qu’il n’y est resté que 6 mois), s’explique par le fait que les inscription des abonnés doivent se faire au plus tard le 15 octobre de l’année précédente (dans ce cas-ci, le 15-10-1936), ce qui pourrait démontrer qu’il n’avait encore aucune intention de mettre fin à ses jours. Il a probablement voulu se rapprocher de son épouse qui, rappelons le, résidait officiellement au 155 Bd Anspach !

Il  a, effectivement, été domicilié à la rue de Flessingue du 19-8-1936 au 12-2-1937, cette dernière date étant celle à laquelle il est parti pour le  124, bd Emile Jacqmain (où il décèdera l’année suivante) ;

(*) Almanachs du Commerce Mertens & Rozez (à noter que, contrairement aux indicateurs des téléphones, leur source n’est pas fiable à 100%);

(**) Indicateurs Officiels des Téléphones ;

Spécialités professionnelles diverses que Marcovici Marco, Auteur/Editeur, offrait à sa clientèle : Celles-ci sont détaillées en marge et dans le bas d’une lettre datée du 20-5-1920 (n°2517), et faisant partie de son dossier de mariage :

Suivent les titres de quinze ouvrages en anglais, dont quatre sur la connaissance de cette langue, dont il est l’auteur et  l‘éditeur. Au pied de cette lettre figure la liste de ses activités : (Voir copie ci-dessous)

(Mai 1920)
(coll. Archives de l’Etat à Mons)

——————–

Almanach du Commerce pour Bruxelles 1908
(Classement par rues)

Créations diverses de Marcovici Marco (coll. P.S.)

Idem que ci-dessus
(Avenue Stéphanie à Forest)
Almanach du Commerce pour Bruxelles 1908 (Détail)
(Coll. P.S.)
P.S.

(coll. P.S.)

Les deux plans de 1922, ci-dessous, sont insérés dans le guide de la même année

(ca 1920)
(Coll. P.S.)
(ca 1922)
(Coll. P.S.)
(1930)
(Coll. P.S.)
Publicités pour Marcovici M. dans les almanachs commerciaux de 1914 et 1931
(coll. P.S.)

Ceci clôt la biographie de Marco Marcovici. P.S.


à suivre……….. (Biographie de la veuve de Marco Marcovici, jusqu’à son décès survenu à Laeken le 9-9-1963)

HERMANN Lucia   (Veuve de Marco MARCOVICI)

Après le décès de son époux, Lucia  officialise son domicile au n° 177 rue Marie-Christine à Laeken  ( le 20-6-1938),  en tant que Commerçante, Parfumerie, depuis le 23-6-1938, Tél 26.92.06 (M&R de 1939) (Pop 1947 Bxls Vol 59- f°173) ;

Le M&R de 1935 reprend encore CARTEL  J. Coiffeur, à cette adresse (***) ;

Celui de 1936 mentionne  « Marcovici (Mme), Tabacs, Cigares  où elle reprend le commerce de tabac et cigares, qui s’y trouvait et qui était auparavant dénommé « Maison Verte » ;

Il est également à noter que, au recensement de 1930, Lucia est reprise en tant que « Commerçante, Parfumerie » à la même adresse (Pop 1947 Bxls Vol 59- f°173) (celle-ci avait probablement déjà quitté Marcovici ?) ;

C’est peut-être en rapport avec le fait, qu’à cette époque, une publicité au nom de Marcovici, dans le M&R de 1931, indiquait qu’on trouvait  également des articles cadeaux dans son magasin ?!;

TF de 1940  mentionne :  MARCOVICI  (sans autre indication de nom, ni de prénom), tabacs et cigares, 177, rue Marie-Christine, tél. : 26.45.08 ;

TF de 1946 à 1957 : tél. et adresse idem ;

Le 1-7-1959, Lucia  HERMANN  se remarie, à Laeken, avec   Robert Eugène  BLANC,  né à Anderlecht le 17-2-1909 (acte n°176) ², Comptable,  de nationalité Suisse, ayant son domicile légal à l’étranger (Canton de Fribourg) ;

Selon les registres de la Population de 1947, celui-ci est inscrit au 177 rue Marie-Christine depuis le 29-6-1953 (venant de Forest, 12 avenue des Armures) ;

Le mariage qui s’en est suivi laisse supposer qu’ils vivaient  déjà ensemble à cette date-là ;

Le 8-9-1960,  le couple déménage pour le 335 Bd Emile Bockstael  (aucune profession n’est indiquée, pour aucun des deux, ni même la mention de « Rentiers », comme c’était souvent la coutume) ;

Au rez-de-chaussée de l’immeuble, se trouve un commerce de nettoyage à sec « Maxima Shop », dont il n’y a aucun rapport avec le couple ci-dessus.

(Pop 1947 Bxls Vol 47- f°61  et  Vol 147- f°40) ; 

Le 9 septembre 1963,  Lucia  Hermann décèdait à l’Institut St-Jean et Elisabeth, 7, rue des Cendres à Bruxelles………………….ce qui met fin à cette biographie!

 et,

Je signale que ce qui suit n’a aucun rapport avec la biographie de M.M.

Le 14-6-1969  Robert  BLANC  se remarie, à Ixelles,  avec Renée Raymonde Simone  DELVIGNE, née à Bridgend (Iles Britanniques) le 19-7-1915 ;

Le 1er juillet 1969, Robert Blanc et sa nouvelle épouse, quittent Laeken et partent  habiter au n° 5, Place Albert Leemans à Ixelles (Fichier Recensement de la Population à Bruxelles en 1961).

Renseignements complémentaires

(***) A propos du coiffeur dont question plus haut, il s’agit de CARTEL Joseph Léonard, né à Verviers le 30-9-1885, arrivé 177, rue Marie-Christine le 12-1-1931. Reparti le 20-11-1934, pour le 65 rue Alfred Stevens à Laeken;

Plusieurs membres de sa famille, dont son père, ont exercé le métier de coiffeur à cette adresse (Pop 1920 Bxls Vol 78- f°30 et Pop 1930 Bxls Vol 108 – f°s 23 et 143).

Hermann Luciainscrite  177 rue Marie-Christine, en tant que Commerçante, Parfumerie, depuis le 23-6-1938, Tél 26.92.06 (M&R de 1939) (Pop 1947 Bxls Vol 59- f°173)

Ceci clôt également le chapitre Lucia Hermann, Veuve et seconde épouse de Marco Marcovici. (coll. P.S.)

P.S.

                                                                                              ———————-

….à suivre: biographie d’André MARCOVICI (fils de Marco)

MARCOVICI  André Léon Alphonse (1903- ?)

(Biographie)

MARCOVICI  André  Léon Alphonse, devenu  DUMONT  (1)  ex- MARCOVICI   André Léon Alphonse,  ° à St-Gilles-lez-Bruxelles, le 29-4-1903 (acte n°333) ², Employé de bateau,

Fils de Marco Wersu  MARCOVICI, Editeur,né à Jassy (Roumanie), le 31-5-1873, et de Nelly Eliza Marie DUMONT, sans profession, née à Gilly le 14-2-1881 ;

Epouse, le 7-8-1929 à Bruxelles, Hermane Jeanne Renée  FREDRIX, ° à Louvain, le 28-1-1909 (acte n°65)²  (Voir Pop 1920 Bxls Vol 21- f°4113 et Pop 1930 Bxls Vol 114- f°84) ; 

Fille de Marie Alphonse Maximilienne Fredrix  ° à Diest, le ca1883

Domiciles d’André MARCOVICI: 

  1. Bruxelles, 18, rue Antoine Dansaert (ca1926 à 1930) ;
  2. Uccle,  38, avenue Messidor (ca1931 à 1933) ;
  3. Bruxelles, 11-13, rue Antoine Dansaert, Tél. 11.83.60. (ca1934 à 1938) ;
  4. Ixelles,  27, avenue de l’Université, Tél. 48.00.00  (ca1939 au 11-1-1946) ; 
  5. Bruxelles, 1, rue Plattesteen (11-1-1946  jusqu’au 8-11-1950) *;
  6. Londres-Kensington,  65, Cottesmore Court  (8-11-1950 jusqu’au 26-6-1951;
  7. Watermael-Boitsfort, 2, avenue des Mantes (depuis le 26-6-1951 jusqu’à 1961);
  8. Je n’ai, jusqu’à présent, pas encore retrouvé sa trace après 1961

Aux dernières infos reçues de Mr David Stuyck, André Marcovici serait décédé le 27 mai 1982 à Uccle, et ses cendres auraient été dispersées dans le cimetière d'Uccle, où il habitait (info le 18-7-2019)

*Professions :

1) Publiciste dit « Dumont », jusqu’au 8-11-1950); 

2)  Journaliste et entrepreneur de spectacles de théâtre (depuis le 26-6-1951) (Pop 1947 Bxls Vol 48 – f°31) ;

M&R de 1954 reprend Marcovici-Dumont  A., Publiciste,  2, avenue des Mantes à Boitsfort ;

M&R de 1956 reprend Dumont A., Publiciste, 2 avenue des Mantes à Boitsfort (Dernière mention dans cet annuaire, à la rubrique « Professions ») ;

Marcovici A., y est mentionné en tant que locataire supplémentaire (sans autre indication);

M&R de 1957 à 1959 ne le mentionnent pas, ni à la rubrique « Noms », ni à celle des « Professions » ;

M&R de 1960 et 1961 mentionne encore Dumont  A., 2, avenue des Mantes (uniquement à la rubrique « Noms ») n’est plus mentionné comme publiciste ;

  • Par arrêté royal, en date du 21-2-1961, devenu définitif le 25-2-1962, et transcrit à St-Gilles-lez-Bruxelles le 6-3-1962, celui-ci est autorisé à ajouter à son nom patronymique celui de « DUMONT » (Mention reprise en marge dans son acte de naissance) ;
  • Pour info : DUMONT était le nom de sa mère

Un fils  (pour André et petit-fils pour Marco):

DUMONT ex MARCOVICI (1)   Jacques André Alice   ° à Etterbeek, le 20-9-1929, Agent  Sabena et domicilié n°7, rue de la Caserne à Bruxelles (Vu : fiches de Recensement de 1961 à Bruxelles) ;

Epouse, le 17-12-1960, à Uccle,  Marianne Suzanne Simone  HAUZEUR, ° à Ixelles le 5-7-1936.

Domiciles divers :  1)  2, avenue des Mantes (depuis le 8-6-1952) ;

2)  58 rue de l’Orme à Schaerbeek (jusqu’au 5-2-1958) ;

3)  7, rue de la Caserne à Bruxelles (depuis le 20-2-1958 jusqu’au 20-4-1972), tél. 13.13.77 ;

4)  7, Dorsweg  à Vinderhoute (Fl.or.) depuis le 20-4-1972 (vu fichier recensement Bruxelles 1961).

Ici s’arrête la biographie bruxelloise de la branche généalogique issue de Marco Marcovici P.S.

Divers André Marcovici :

= Pub parue dans l’hebdomadaire « Pourquoi Pas? » du 26 avril 1935, pour la brasserie « Chasse Royale » à Etterbeek, qui avait un stand à l’Exposition Universelle à Bruxelles (Marcovici A. avait son adresse commerciale à la rue Antoine Dansaert, n°s 11-13, à Bruxelles) =

Ci-dessous: dernière mention d’André M., dans l’Almanach du Commerce de 1956, au classement par rue (ici, à l’avenue des Mantes n°2*, à Boitsfort), sous le patronyme de Dumont :

(*) Dernière adresse connue, pour l’instant!

Dernière mention dans le même Almanach, au classement par « Profession », sous la rubrique des « Publicistes »:

(coll. P.S.)

P.S.